XVIIIè COLLOQUE INTERNATIONAL DE PSYCHOSOMATIQUE à MARRAKECH

PATHOLOGIE ET CREATION
 
 

Le phénomène psychosomatique le plus simple est fourni par la relation entre le fonctionnement psychique et la situation relationnelle dans laquelle le sujet se trouve impliqué. Il faut donc définir  ces deux aspects complémentaires, afin de saisir concrètement l’objet qu’on veut interroger, en tenant compte de sa nature multidimensionnelle.

Ce qui détermine le fonctionnement psychique, c’est d’abord la relation à la voie onirique. On voit tout de suite se dessiner au moins quatre formes de fonctionnement selon que le souvenir du rêve est tour à tour absent, présent, absent puis présent, présent puis absent. On envisage ici globalement l’évolution de toute une vie, marquée par un équilibre plus ou moins stable qui s’opère entre la conscience onirique et la conscience vigile. Il est à noter à propos que le rêve, en l’occurrence, ne se limite pas à sa seule production nocturne, mais qu’il est également pris dans ses autres manifestations en tant qu’équivalents de rêve à l’état de veille : rêverie, fantasme, jeu, affect, hallucination, illusion, etc. Un autre point aussi mérite d’être souligné : dans tout travail thérapeutique s’effectuant conformément à cette perspective, l’activité onirique est continuellement mise en rapport avec la pathologie organique, selon des modalités tout à fait particulières, qui n’ont rien à voir avec l’interprétation symbolique. Cependant, quelle que soit la forme du fonctionnement à laquelle on appartient, aucun lien direct ne saurait être établi avec la pathologie, tant fonctionnelle qu’organique. Ce lien passe nécessairement par la situation relationnelle.

Celle-ci peut être conflictuelle, susceptible dès lors, de comporter une issue plus ou moins satisfaisante, faite souvent de compromis, mais capable en même temps d’évoluer vers l’impasse qui signifie l’enfermement. Or il est différentes formes d’impasse selon que le conflit s’énonce en des termes parfaitement contradictoires qui précisément caractérisent la position psychotique [Sami-Ali, 2001] ; ou qu’il implique un cercle vicieux, de sorte que, chaque fois qu’on entrevoit une solution, se repose de nouveau le même problème ; ou encore qu’il est fondé sur l’alternative absolue empêchant toute solution de compromis qui, par ailleurs, existe réellement. Une dernière forme d’impasse renvoie à une situation d’épuisement à laquelle parfois on aboutit lorsqu’on a tenté, en vain, toutes les solutions dont on dispose.

Professeur SAMI-ALI

 
 

Avec la participation :

Prof. SAMI-ALI, Professeur Emérite Université Paris VII, Directeur scientifique du CIPS

Prof. M. CORCOS, Chef du Département de Psychiatrie de l'Adolescent et du Jeune Adulte, Mutualité de Montsouris

Prof. F. MARTY, Professeur à l'Université Paris Descartes, Responsable scientifique du CIPS

Dr. Mohamed JABIR, Psychiatre, Psychothérapeute, Responsable CIPS - Marrakech

S. CADY, Docteur en Psychologie clinique, Psychanalyste, Psychosomaticienne, Directeur du CIPS, Professeur Université Libanaise

Dr. Amine BENJELLOUN, Ancien Professeur associé de pédopsychiatrie (Marseille) Chercheur (CNRS) Université Aix-Marseille,

Dr. Théo LEYDENBACH, Médecin, Psychothérapeute, Psychosomaticien, Enseignant Paris XII - Responsable scientifique du CIPS

Nayla KARROUM, Docteur en Psychologie, Psychothérapeute, Professeur Université Libanaise et de Kaslic, Resp.Pédagogique du CIPS

Leila Al Husseini, Psychologue, Psychosomaticienne, Art-Thérapeute en psychosomatique relationnelle, Resp. du Département du CIPS                                                                                                                                                                                                                   (Suisse)

 

 

Des tarifs preferentiels ont ete consentis aux professionnels s'inscrivant par le collectif. Merci de prendre contact avec nous pour les modalites

 

Marrakech

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau